Tribune de Gaylord LE CHEQUER : Sans un engagement fort de l’Etat, Montreuil devra revoir son objectif de construction de logements neufs

Publié le par Gaylord Le Chequer

Tribune de Gaylord LE CHEQUER : Sans un engagement fort de l’Etat,  Montreuil devra revoir son objectif de construction de logements neufs

Sans un engagement fort de l’Etat,

Montreuil devra revoir son objectif de construction de logements neufs

Tribune de Gaylord LE CHEQUER

Adjoint au Maire de Montreuil délégué à l’aménagement durable,

à l’urbanisme, aux grands projets et aux espaces publics

Le Projet d'Aménagement et de Développement Durable de la ville de Montreuil voté en juin 2009 définit les orientations d'urbanisme et d'aménagement pour notre territoire.

Celui-ci a consacré la volonté de la municipalité de l’époque d’autoriser la production de 3 500 logements nouveaux en l’espace de cinq ans entraînant, de fait, une forte poussée des projets de constructions, principalement dans le bas-Montreuil, ainsi qu’une poussée démographique dont nous mesurons aujourd’hui les effets.

Cet objectif, s’est trouvé renforcé dans le Plan Local d’Urbanisme de la ville puis par le vote, en février 2014, du Contrat de Développement Territorial de la Communauté d’Agglomération Est Ensemble qui fixe à 2 800 le nombre de logements neufs par an (soit 700 logements à Montreuil). .


Aujourd’hui, la nouvelle municipalité conduite par Patrice BESSAC entend revoir cet objectif quantitatif de production de logements qui pose la question de la capacité de notre collectivité à répondre, dans le même temps, aux besoins nouveaux ainsi générés en matière de services publics ou encore de transports, de stationnement et donc de qualité de vie des habitants, dans un contexte de restrictions budgétaires imposées aux collectivités.

C’est le sens de la décision - validée par le bureau municipal - de contenir l’objectif de production de logements à l’échelle de Montreuil, afin de mieux maîtriser l’évolution de notre territoire et de la population. Ce faisant, la municipalité entend continuer à œuvrer pour la résorption de la crise du logement, tout en adressant le signal qu’un rythme trop élevé ne permet pas de créer les conditions d’une ville soutenable, dans un contexte de raréfaction des ressources publiques.

Cette décision, a été présentée et défendue lors d’une rencontre avec l’ensemble des élus des villes de l’agglomération et les représentants de l’Etat courant octobre. Elle a été saluée par bon nombre de Maires qui partagent la même analyse et font, aujourd’hui, les mêmes choix que nous.

Montreuil, par la voix de Patrice BESSAC, a accompagné cette décision par une proposition d’actions communes aux élus de la région en faveur d’une politique nationale de soutien aux maires bâtisseurs comme le préconisent par exemple Ian BROSSAT et Jacques BAUDRIER, élus Front de Gauche parisiens, qui rappelaient récemment encore « qu’il fallait consacrer au moins un milliard d’euros par an de nouvelles ressources pour soutenir la construction de logements en Ile-de-France, via une aide aux maires bâtisseurs, via le financement de grandes opérations d’urbanisme ».

Cette nouvelle orientation de la municipalité, sera confortée par une remise à plat de notre PLU qui nous permettra de redonner la parole aux habitants, afin d’imaginer la ville dont nous avons besoin et de renforcer la place de notre ville dans la perspective d’un Grand Paris particulièrement insécurisant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catherine Bastard 29/10/2014 22:23

Bravo Gaylord pour cette superbe tribune, et merci à toute ton équipe pour la lucidité de vos décisions :) !! Pour le Haut-Montreuil et le BDLC -