Je demande à M. CUFFINI et Mme Voynet des excuses publiques -

Publié le

   








Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise vient de rendre public son jugement suite au recours engagé par la candidate de l’UMP afin d’obtenir l’annulation des élections municipales de mars dernier.

 

A la lecture de ce jugement, il apparaît clairement que les accusations calomnieuses portées par la candidate de l’Ump et très largement reprises ces derniers mois par madame Voynet, monsieur Cuffini - adjoint à la maire délégué au budget - et certains élus de la majorité à l’encontre de la liste conduite par Jean-Pierre BRARD, sont totalement injustifiées.

 

Le jugement confirme le fait que le grief « d’abus de propagande », tout comme celui « d’avoir bénéficié indûment de moyens municipaux » sont infondés.

 

Depuis le mois de mars, dans la presse, comme en séance du Conseil municipal, des propos outrageants et diffamatoires ont été tenus, notamment par l’adjoint à la maire chargé du budget, et non-condamnés par la maire elle-même.

 

En particulier, le terme d’ « instrumentalisation électorale » a été utilisé à plusieurs reprises et figure dans le texte d’une délibération présentée en conseil municipal le 26 juin. J’ai eu l’occasion de dénoncer ces pratiques, indignes et odieuses. Désormais, les conclusions de l’audit réalisé par le cabinet Ernst and Young, la validation du compte de campagne de la liste conduite par Jean-Pierre BRARD par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques et maintenant le jugement rendu par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise viennent étayer et confirmer mon propos.

 

Il est évident que les accusations de la candidate de l’UMP reprises par madame Voynet et par certains membres de son équipe n’ont pour seul but que de salir l’honnêteté de Jean-Pierre BRARD et de l’équipe qu’il conduisait et de justifier ainsi les renoncements en cours et l’abandon de promesses difficiles à tenir.

Faire de la politique autrement passe par l’abandon de ces pratiques détestables, c’est la raison pour laquelle je demande que des excuses publiques soient présentées. A défaut, je n’exclus pas de porter plainte en diffamation concernant les propos tenus antérieurement et qui pourraient être tenus dans la prochaine pèriode.


Gaylord LE CHEQUER

Conseiller municipal – Groupe Gauche Unie et Citoyenne

Secrétaire général du Comité des Citoyens Montreuillois

Publié dans Communiqués de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article