C'est mal parti !

Publié le



Le 20 octobre, se tenait la première réunion publique où Dominique VOYNET et l'équipe municipale étaient sensées répondre aux questions des Montreuillois.

Mise en scène soignée, ton péremptoire et parole quasi exclusive pour la Sénatrice Maire, voilà pour la forme.

 

Informations très générales, hypothèses d'actions plus que présentation de projets et au détour de chaque phrase le leit motif d'absence de moyens financiers, voilà pour le fond.

Après 6 mois de conquête du pouvoir, on attendait mieux ! La réunion se voulait participative et on nous promettait de la concertation pour ce qui allait être un grand moment de démocratie locale. A l’arrivée, pour les Montreuillois présents avec l’envie de découvrir, d’échanger et de débattre avec la nouvelle équipe, la déception fut réelle.

 

A l'évidence l'ampleur, la diversité et la complexité des problèmes pour gérer une grande ville comme Montreuil soucient les nouveaux responsables. Leurs courtes et malaisées réponses concernant par exemple le développement économique, la sécurité ou le logement laissent perplexe quant à l'avenir.

On le sent bien, les ambitions d'hier qui ont fait de Montreuil un territoire attractif et vivant n'ont plus court. L'efficacité remplacerait le rêve.

Et subtilement se profilent des renoncements en matière de transports, de santé, de culture. Une sérieuse pique également aux agents du service public dont la nouvelle municipalité ne voit que le « coût pour la collectivité ». Il semble bien que la campagne "c'est parti", ait été faite pour préparer l'opinion à cette perspective, alors que le budget 2009 se prépare et que les premiers échos des arbitrages en cours sont inquiétants !

 

Contrairement aux affirmations et à la propagande déversée ces derniers mois sur la situation financière de la ville, de l’argent il y en a et nous aurons l’occasion d’y revenir largement et de le démontrer dans le prochain numéro de notre journal à l’occasion du débat d’orientation budgétaire qui aura lieu lors du Conseil municipal de fin novembre.

 

Ce qui est en question aujourd’hui ce sont les options et orientations politiques et leur traduction budgétaire, après le temps des promesses, celui des actes, et c’est sur les actes que l’on jugera la nouvelle municipalité.

 

"Les gens qui se battent peuvent perdre. Les gens qui ne se battent pas ont déjà perdu" écrivait Bertolt BRECHT.


La population montreuilloise est combative, patiente et exigeante. Nul doute qu'elle saura faire la part des choses et pas seulement évaluer la qualité de la communication.



Gaylord LE CHEQUER

Conseiller municipal groupe Gauche Unie et Citoyenne

Secrétaire du Comité des Citoyens Montreuillois

Publié dans Dans la presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article