Conseil municipal du 24 septembre - Intervention de Gaylord LE CHEQUER sur la décision modificative du budget

Publié le




Ouverture et virements de crédits

4ème décision modificative du budget primitif

 

Voici une 4° décision modificative qui va conduire à modifier considérablement le budget communal que vous avez voté le 18 décembre dernier, c'est-à-dire il y a moins de 8 mois. Cette situation nous amène à interroger la sincérité de ce budget.

 

Soyons tout à fait honnêtes, il est assez normal, d’ajuster ses prévisions de dépenses au cours d’un exercice budgétaire. Des imprévus peuvent toujours arriver et, à l’instar de la subvention complémentaire de 300 000 euros au CCAS inscrite dans cette DM, certains impératifs sociaux induits notamment par la crise économique et sociale que nous connaissons en France - et au delà - rendent indispensables ces ajustements. Il en va de même pour l’obligation faite à la ville d’acquérir des masques pour faire face à l’épidémie de grippe A qui ne pouvait être anticipée lors de l’élaboration de ce budget.

 

De fait, les élus de la minorité ne pouvaient qu’être d’accord avec vous monsieur CUFFINI lorsque vous déclariez la main sur le cœur en décembre dernier :

 

 « Plus globalement, la municipalité veut établir des budgets réalistes qui ne dérapent pas en cours d’année. Elle souhaite que les décisions modificatives que le Conseil municipal aura à voter ne remettent pas en cause fondamentalement les budgets. […] L’équipe municipale sera quant à elle très vigilante sur cette question-là. ».

 

Dans le journal municipal rendant compte du vote du budget, monsieur CUFFINI se vantait même d’avoir réussi un « tour de force rendu possible notamment par la maîtrise des dépenses de fonctionnement. » preuve du talent qui est le sien pour « penser autrement la gestion »

 

La prétendue vigilance qui est la vôtre et votre manière de penser autrement la gestion municipale, consiste-t-elle a omettre de faire figurer au BP 2 millions huit cent mille euros de frais de personnel ajoutés lors de la DM de juin dernier ? Auxquels vous êtes sur le point d’ajouter aujourd’hui 500 000 euros supplémentaires sans compter les 450 000€ de rémunérations du dispositif été jeunes !

Au total, avec la DM d’aujourd’hui, ce sont plus de 3 000 000 d’euros que vous avez omis d’inscrire au budget alors que vous dites être à effectifs constants. Comment est-ce possible ? Faire l’impasse sur plus de 3 000 000 d’euros de frais de personnel ne serait-ce pas, pour reprendre votre expression remettre « en cause fondamentalement les budgets » ?

 

Le montant colossal dont il est question nous conduit à nous demander si cette omission n’était pas volontaire et destinée à présenter un budget en réalité insincère. Votre tour de force consistait à faire croire à votre capacité à maîtriser des dépenses de fonctionnement. Or, les frais de personnel sont partie intégrante de ces dépenses.

 

Lors de notre dernier conseil municipal, nous avions posé la question de savoir si ces dérapages avaient un lien quelconque avec la mise en place, imposée contre l’avis du personnel et du ctp, du nouvel organigramme des services. Nous voulions savoir par là si ces dépenses soudaines n’avaient pas à voir avec  la création de nouveaux postes de directeurs et de chefs de services ou encore l’embauche de nouveaux agents en dehors du cadre de la fonction publique. Monsieur SAUNIER nous avait catégoriquement répondu que non.

 

Le discours a sensiblement changé lors de la réunion technique préparatoire à ce conseil municipal où – à la même question qu’en juin – monsieur SAUNIER a reconnu que cela avait « en partie » un lien.

 

Enfin, monsieur CUFFINI déclarait en décembre dernier : « Nous serons également vigilants afin d’éviter tout dérapage en cours d’année […]. Devant les alertes des différents cabinets d’audit, nous avons d’ores et déjà réussi à économiser 3 millions d’euros en 2008. » Eh bien félicitation monsieur CUFFINI vous n’avez même pas attendu une année pour déraper vous avez réussi l’exploit de le faire en 6 mois.

 

Sur les prétendus 3 000 000 d’euros d’économies, vous avez déjà tout dilapidé – sur la seule base des frais de personnel - et à ce rythme là, nous craignons le pire pour la fin de l’année et n’osons même pas imaginer la situation que vous nous laisserez à la fin du mandat !

 

Dans le domaine des impasses nous pouvons également noter deux très beaux compléments de dépenses en gaz et en électricité : 150 000 euros de dépenses supplémentaires en gaz et 120 000 euros d’électricité. « Il ne s’agit pas de gérer en termes comptables, mais d’être efficace pour mieux anticiper les enjeux d’avenir, en termes d’environnement et de solidarité » disait encore monsieur CUFFINI… Est-ce là votre manière de mieux gérer dans l’intérêt de la défense de la planète ?

 

Et puis encore des compléments de gardiennage ! 140 000 euros de compléments de frais de gardiennage en juin et aujourd’hui 100 000 euros. Devons-nous imputer cela aux retards pris pour qu’enfin démarrent les travaux du projet « Cœur de ville » ? Dans ce cas, ce sont déjà 240 000 euros de dépassements du fait de vos tergiversations.

 

Et je garde le meilleur pour la fin, les pulsions immobilières de monsieur MARTINEZ ! Malgré la vigilance de monsieur CUFFINI décidemment mise à rude épreuve par une minorité taquine de la majorité, monsieur MARTINEZ continue de jouer au monopoly avec l’argent des Montreuillois en multipliant les préemptions et acquisitions. 1 millions 177 000 euros d’acquisitions et préemptions en juin qui venaient s’ajouter à la première DM qui prévoyait un complément préemptions de 388 000€ et qui s’ajoutait au budget supplémentaire, prévoyant 800 000 euros d’acquisitions et 367 000 euros pour réserves.

 

Et aujourd’hui, 900 000 euros d’acquisitions et 276 000 euros pour réserves.

 

« L'usage immodéré voire abusif du droit de préemption à Montreuil a longtemps été un sujet de discussion parmi les Montreuillois. En tant qu'adjoint à la maire, chargé de l'urbanisme, je suis heureux d'avoir contribué en 2008 à un retour à la normale. » Voilà ce que l’on peut lire sur votre blog monsieur MARTINEZ, vous nous direz si vous cherchiez à nous faire rire avec cette déclaration, car à ce stade, nous aurions plutôt envie de pleurer.

 

Tous ces dérapages posent la question fondamentale de la sincérité du budget lui-même et confirment nos inquiétudes formulées lors du débat budgétaire. Il n’est donc pas question, pour nous de voter cette DM.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article