Vélib' - Véli-Vélo et interco - Lettre ouverte aux élus verts de Montreuil

Publié le


 

Gaylord LE CHEQUER

Conseiller municipal de Montreuil

Secrétaire général du CCM

 

 

 

Juliette PRADOS

Conseillère municipale de Montreuil

Responsable départementale du PG


 

 

LETTRE OUVERTE AUX ELUS VERTS DE MONTREUIL


A l’occasion de la fête du vélo qui se tiendra ce samedi 3 octobre à Montreuil, nous demandons aux élus verts montreuillois Fabienne Vansteenkiste, Anne-Marie Heugas, Catherine Pilon ou encore Daniel Mosmant, de ne pas tourner le dos à leurs engagements passés.

VELIB’ – VELI-VELO ET INTERCO

 Le mardi 4 décembre 2007 ces élus apposaient leur signature - à côté de celles d’autres personnalités vertes de la région telles que Aline Archimbaud, maire-adjointe à Pantin ou encore Pierre Mathon, ancien maire-adjoint à Bagnolet – pour « la création d’un Syndicat Intercommunal Vélib’ ».

Pour ces élus, le projet d’extension de Vélib’ - telle que la municipalité s’apprête à l’inaugurer ce week-end - était qualifié de « pas satisfaisant » et ils écrivaient : « dans l’état actuel des choses […] le maillage des stations sera très faible au regard de celui de Paris… cela va nuire au bon fonctionnement du dispositif, avec trop peu de stations et trop peu de vélos disponibles ».

Et d’ajouter : « On ne peut se satisfaire d’un service limité aux liaisons entre Paris et ses voisines. C’est bien d’un service permettant les déplacements entre toutes les communes de l’agglomération dont les habitants ont besoin. Cela suppose de dépasser les contraintes du marché parisien. […] C’est pourquoi, pour commencer, nous proposons comme première étape la création d’un Syndicat Intercommunal Vélib’ ». C’est exactement le point de vue que nous avons défendu, nous aussi, lors de la table ronde organisée par Fabienne VANSTEENKISTE, à notre demande, nous en remercions d’ailleurs l’élue en question.

Sauf à penser que la signature de l’appel signé par ces élus n’aurait été que simple posture politicienne de courte vue, pourquoi – alors qu’ils sont maintenant aux responsabilités et dans une phase de construction d’une grande intercommunalité – avoir décidé de renoncer à cette perspective ?

Dominique VOYNET elle-même avait promis, dans une interview au journal d’information municipale de septembre 2008,  « un système commun et complémentaire au Velib’ » avec les villes de Noisy-le-Sec, Romainville, Bagnolet et Pantin ».

 La seule réponse apportée à ce jour par la municipalité est un projet de location de vélos et de vélos électriques en longue durée (système baptisé Véli-Vélo). Si nous ne doutons pas qu’il trouvera son public, ce ne sera certainement pas parmi les plus modestes d’entre-nous. Il ne permettra pas de couvrir l’ensemble du territoire communal et d’assurer le maillage vers les autres villes voisines. A cela s’ajoute le coût de l’opération, plus d’1 million d’euros pour à peine plus de 300 vélos qui serviront à une poignée de montreuillois.

C’est pourquoi nous continuons de demander que soit inscrite – dans le cadre de l’intercommunalité – la question de l’extension d’un système de vélos en libre-service. C’est le sens de l’amendement que nous avions proposé en conseil municipal en mars dernier, c’est le sens de l’appel que ces élus montreuillois avaient signé. Majorité et minorité municipale ont matière à se mettre d’accord, dans l’intérêt des Montreuillois.

Publié dans Communiqués de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article